Publié le : 11 décembre 20207 mins de lecture

Énormément d’événements sont arrivés cette année. Alors que la fin de cette année approche, il semble y avoir une lueur d’espoir en ce qui concerne la victoire contre la pandémie du Covid-19. Pourtant, mis à part cette maladie, des événements peu réjouissants risquent de se produire. Vous verrez tout cela un peu plus en détail dans les lignes qui suivent.

Un vaccin prometteur contre le coronavirus

Les pays américain et allemand ont uni leur force et leur connaissance pour chercher un vaccin contre le virus qui a fait des ravages dans le monde. Récemment, la totalité des résultats de l’essai clinique ont été rendus publique par le New England Journal of Médecine. Le jeudi 10 décembre 2020, l’Agence américaine des médicaments (FDA) a commencé l’examen en public de ces résultats par l’intermédiaire d’un comité d’experts qu’il a convoqué. Cet examen a pour but de déterminer si ce vaccin, né de l’alliance américano-allemande Pfizer-BioNTech, est recommandé pour une autorisation de mise en marché ou non. Lors de la publication, l’efficacité du vaccin a été confirmée, avec un taux de 95 % de diminution des risques de contracter la maladie. Qui plus est, son efficacité est la même, peu importe le sexe, l’âge, l’origine ethnique, le poids ou les pathologies présentent chez les patients. Bien sûr, comme la quasi-totalité des médicaments, l’injection de ce vaccin à une personne peut présenter des effets secondaires indésirables. Ces effets indésirables sont souvent des douleurs aux environs du point d’injection, des maux de tête et de la fatigue. Pour l’instant, rien ne laisse penser que ce vaccin peut présenter des problèmes de sécurité graves. Il est à noter que l’essai a recruté 44.000 personnes, jusqu’à ce jour. Pour voir plus d’information, veuillez cliquer ici infomonde

En France, les mesures de déconfinement sont reconsidérées

Le 24 octobre, le président de la République a annoncé une seconde phase du déconfinement. Pourtant, selon les actualités, les mesures prises ce jour-là ont été revues et adaptées à la situation actuelle du pays. En effet, il a été constaté que le nombre de contaminations dû au coronavirus a légèrement augmenté. Si ce jeudi 10 décembre, le nombre de nouvelles contaminations a atteint les 14.000 alors que le jeudi 3 décembre, il y avait 12.000 nouveaux cas. Par conséquent, pour éviter une troisième vague pour l’année prochaine, le Premier ministre Jean Castex a annoncé lors d’une conférence de presse les mesures à prendre lors de l’entrée dans la seconde phase de ce processus, le 15 décembre. Il a annoncé que durant la journée, les déplacements sont autorisés dans tout le pays. Malgré cela, il incite tout le monde à faire du télétravail autant que possible pour diminuer les contacts. Par ailleurs, le couvre-feu sera plus sévère. Il commencera à 20 h au lieu de 21 h, et finira à 6 h, avec des contrôles stricts limitant les possibilités de dérogation. Pour aider dans cette entreprise, une nouvelle attestation pour les déplacements dérogatoires a été instaurée. Enfin, ce couvre-feu sera exceptionnellement obsolète pour Noël, plus précisément le 24 décembre. En revanche, ce ne sera pas le cas pour la fin d’année.

Les problèmes du réchauffement climatique

Cela fait déjà quarante ans que la question du réchauffement climatique a été posée. Jusqu’à récemment, les réponses qu’ont données les climatologues étaient trop vagues, une hausse de température allant de 1,5 à 4,5 °C. En considérant l’extrémité inférieure, il n’y aurait besoin que d’une légère adaptation de la population mondiale face à ce réchauffement. Dans le cas de l’autre extrémité, il faudrait se préparer au pire.Récemment, des infos plus précises ont été apportées par des spécialistes du Programme mondial de recherche sur le climat (WCRP). Ils ont affirmé que l’augmentation inquiétante du CO2 dans l’atmosphère terrestre pourrait entraîner une hausse de la température globale comprise entre 2,3 et 4,5 °C. Cette fourchette de température est basée sur les tendances du réchauffement, les dernières connaissances des effets de rétroaction, l’étude détaillée du climat passé et des modèles plus récents.

L’Israël propose son aide au Liban.

Dans le monde, les guerres ne cessent de faire des ravages. Alors que l’Israël et le Liban sont encore en guerre, la tension entre eux s’est même intensifiée, l’Israël propose son aide au Liban. En effet, suite à l’explosion qui a eu lieu dans le port de Beyrouth, ayant fait des victimes, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et le Canada ont proposé leur aide au Liban. Face à cela, la proposition d’une aide humanitaire venant de l’Israël est plus qu’étonnante. Par le biais de contacts sécuritaires et politiques internationales, l’Israël offre une aide humanitaire et médicale au Liban. Par ailleurs, pour dédouaner l’Israël de toute responsabilité concernant cet accident, Gabi Ashkenazi, le chef de la diplomatie israélienne a fait une annonce sur la chaîne israélienne 12. Il a affirmé qu’il n’y a pas de raison de douter des informations venant de Beyrouth et que cette explosion a été probablement causée par un incendie. D’ailleurs, le Premier ministre du Liban a annoncé qu’un stock de nitrate d’ammonium de 2.750 tonnes en était la cause.